Accueil / Education / Réforme de l’éducation: les principaux apports du projet de loi-cadre

Réforme de l’éducation: les principaux apports du projet de loi-cadre

Le préscolaire dès l’âge de 3 ans, l’enseignement obligatoire jusqu’à 16 ans, gratuité de principe mais frais d’inscription pour les familles aisées… Le projet de loi-cadre N°51.17 relatif au système de l’éducation, de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique a été présenté ce mardi 16 octobre 2018 devant les députés.

Le projet de loi-cadre relatif au système de l’éducation vient de franchir une nouvelle étape vers son adoption définitive. Ce mardi 16 octobre, le ministre de l’Education en a présenté les grandes lignes devant la commission de l’éducation à la Chambre des représentants, qui entame l’examen de ce texte attendu.

Le projet s’inscrit dans la vision stratégique de la réforme 2015-2030, dont il est la traduction légale. Le Roi Mohammed VI en avait ordonné l’élaboration dès février 2016. Mais il a fallu plus de deux ans pour que le texte soit enfin approuvé en Conseil des ministres (20 aout 2018), avant d’atterrir chez les députés (5 septembre 2018).

Une loi-cadre est un texte à portée générale, raison pour laquelle elle est aussi appelée «loi d’orientation». Le projet élaboré par le ministère de l’Education pose ainsi les grandes lignes de la réforme éducative. A charge pour le gouvernement de les exécuter. La mise en œuvre effective de la réforme dépendra des textes (législatifs et réglementaires), à portée plus spécifique, qui seront publiés ultérieurement.

Dans le détail, le projet prévoit l’instauration du préscolaire et son ouverture à tous les enfants âgés de 4 à 6 ans, première étape avant son fusionnement progressif dans le primaire. La généralisation du préscolaire sera suivie par l’intégration des enfants âgés de trois ans.

La scolarisation sera obligatoire de l’âge de 4 ans à l’âge de 16 ans – au lieu de 15 ans dans la première mouture du projet. L’application de cette disposition nécessitera l’élaboration ultérieure d’une loi dédiée. Un fonds spécial sera créé en vue de soutenir la généralisation de l’enseignement obligatoire et l’amélioration de sa qualité.

Le texte prévoit une approche pédagogique nouvelle, avec une modification du système d’évaluation et d’examen et d’obtention des diplômes. Les systèmes de l’orientation scolaire, professionnel et universitaire seront revus.

La langue occupe une place centrale dans la réforme, qui met l’accent sur la maîtrise de l’arabe et de l’amazigh en tant que langues officielles. L’arabe sera néanmoins considéré comme la principale langue de l’enseignement. Les langues étrangères «les plus utilisées» seront pour leur part renforcées, notamment dans les matières et spécialités scientifiques et techniques.  

L’Etat garantit la gratuité de l’enseignement obligatoire (jusqu’à 16 ans). Et ne doit priver personne, pour des «raisons matérielles pures», de poursuivre ses études au-delà de cet enseignement dès lors que les conditions requises sont respectées.

Cela étant, le projet soumet «les familles aisées» au paiement de frais d’inscription dans le secteur public. Cette disposition sera instaurée de manière «progressive». C’est-à-dire au niveau de l’enseignement supérieur dans un premier temps, puis au niveau des lycées dans un deuxième. Là aussi, un texte réglementaire est nécessaire pour préciser les modalités et conditions selon lesquelles les familles ciblées s’acquitteront des frais.

Côté ressources humaines, le projet mise sur la qualité. Les métiers de l’enseignement, de la formation et de l’enseignement supérieur seront régis par une charte déontologique. Les missions et compétences des cadres de l’éducation seront contenues dans des guides référentiels. L’on prévoit une révision des programmes de formation dédiés à ces cadres ainsi que la mise en place de programmes annuels de formation continue.

Source: https://www.medias24.com/MAROC/EDUCATION/186687-Reforme-de-l-education-Les-principaux-apports-du-projet-de-loi-cadre.html

A propos Soufiane Chibi

Voir aussi

Matières scientifiques en langues étrangères: Programme de formation lancé

L’Académie régionale de l’éducation et la formation (AREF) de Rabat-Salé-Kénitra a organisé, samedi 14 septembre …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *